hscc

Soure code of <https://hugo.soucy.cc>.
git clone git://soucy.cc/hscc.git
Log | Files | Refs

nous-entrons-dans-les-recifs.md (7281B)


      1 <https://www.lemonde.fr/blog/petrole/2021/10/12/metaux-critiques-charbon-gaz-petrole-nous-entrons-dans-les-recifs/>
      2 
      3 Il paraît de plus en plus évident que le monde que nous avons connu,
      4 ne peut pas perdurer sans nous être fatal. Les faits et les données
      5 s'accumulent!
      6 
      7 C'est un long article, je mets les passages qui m'ont interpelés
      8 ici. Notez que je ne soutiens pas la conclusion quant à l'appuie au
      9 nucléaire ...
     10 
     11 ## Le pétrole
     12 
     13 > Le montant des réserves « 2P » dites « prouvées et probables », que
     14 > les pétroliers considèrent comme le plus fidèle reflet de l’état du
     15 > stock global de brut, décline depuis le milieu des années 1980,
     16 > c’est-à-dire depuis que les découvertes annuelles de pétrole
     17 > conventionnel sont systématiquement inférieures aux extractions de
     18 > pétrole : depuis que l’on vide la baignoire plus vite qu’on ne la
     19 > remplit.
     20 >
     21 > [...]
     22 >
     23 > si rien n’est fait, l’Europe risque fortement de manquer de pétrole
     24 > au cours des années qui viennent, et à coup sûr au cours des années
     25 > 2030
     26 
     27 
     28 ## Le gaz naturel
     29 
     30 > En résumé : une demande en essor systématique à cause de la sortie du
     31 > charbon et du développement des renouvelables intermittents, et en
     32 > face une production domestique en déclin irréparable.
     33 >
     34 > [...]
     35 >
     36 > Plus profondément, cette prise en ciseau entre hausse des besoins et
     37 > épuisement de la production domestique risque de continuer d’aggraver
     38 > l’effondrement des activités industrielles européennes qui réclament
     39 > le plus d’énergie.
     40 
     41 ## Le Charbon
     42 
     43 > Mais en Chine, la demande de gaz naturel est d’autant plus forte que
     44 > l’économie chinoise peine à redémarrer ses centrales à charbon. Au
     45 > point que Pékin impose depuis plusieurs jours l’arrêt pur et simple de
     46 > très nombreuses usines, ainsi que des coupures de courant affectant
     47 > des centaines de millions de personnes. Pour l’heure, 20 provinces
     48 > chinoises sur 31 ont fait état de coupures. Avec l’approche de
     49 > l’hiver, la situation peut aisément prendre une tournure critique.
     50 >
     51 > En cause : des difficultés endémiques entravant la relance des
     52 > carrières et des mines de charbon.
     53 >
     54 > [...]
     55 >
     56 > La dernière tendance à laquelle faisait référence David Fridley,
     57 > l’évolution de l’EROI du charbon chinois (Energy return on investment,
     58 > c’est-à-dire la quantité d’énergie à investir pour extraire une
     59 > quantité d’énergie) paraît particulièrement symptomatique.
     60 >
     61 > [...]
     62 >
     63 > A rebours et incidemment, il apparaît plausible que les limites
     64 > géologiques aperçues soient un aiguillon plus important et plus ancien
     65 > que le climat pour nombre d’Etats et de géants industriels, dans
     66 > l’évolution de leur stratégie de transition énergétique et/ou de
     67 > puissance. Remarque déjà faite il y a longtemps sur ce blog : du côté
     68 > des pétroliers occidentaux, l’enjeu climatique peut parfois sembler
     69 > être un cache-misère devant leurs difficultés croissantes à trouver de
     70 > nouvelles sources intactes et économiquement exploitables de
     71 > pétrole. Dans un autre registre, pour le pouvoir en place à Pékin, à
     72 > Moscou ou bien à Washington, les logiques foncières de puissance ont
     73 > historiquement trait avant tout à la capacité à disposer de ressources
     74 > adéquates en énergie pour effectuer ladite puissance, dans ses
     75 > dimensions économiques, politiques, voire militaire. Dans les faits,
     76 > la question du climat vient après, si elle vient...
     77 >
     78 > [...]
     79 >
     80 > Que le phénomène soit essentiellement conjoncturel, provoqué par la
     81 > brutalité de la reprise post-covid, ou bien qu’il manifeste, à la
     82 > lettre, des limites plus profondes, la crise énergétique que connaît
     83 > la Chine affecte de façon sévère les chaînes d’approvisionnement de
     84 > firmes telles qu’Apple ou Tesla.
     85 >
     86 > Encore plus significatif, peut-être : les prix du silicium, utilisé
     87 > pour fabriquer les panneaux solaires photovoltaïques, ont triplé
     88 > depuis le début du mois d’août, après que la province du Yunnan,
     89 > centre majeur de fabrication, a ordonné une réduction drastique de sa
     90 > production (90 % par rapport au moins d’août), officiellement au nom
     91 > de ses efforts pour atteindre ses objectifs d’intensité
     92 > énergétique. Si l’impact sur le coût total de fabrication des panneaux
     93 > photovoltaïques sera plus restreint, il n’en devrait pas moins être
     94 > significatif. Un analyste cité par l’agence Bloomberg évoque un prix
     95 > passant de 1,8 à 2 yuans par watt, soit une hausse de l’ordre de 10 %.
     96 >
     97 > [...]
     98 >
     99 > dans un monde bas-carbone, quel peut être le coût et la disponibilité
    100 > du solaire (et à tout prendre, de toute autre technologie de
    101 > substitution aux énergies fossiles, même si c’est bien le
    102 > photovoltaïque qui semble tout particulièrement vulnérable) ?
    103 >
    104 > La réponse, en tendance, semble évidente : tout sera plus compliqué,
    105 > donc plus cher et, surtout, plus contraint, en premier chef pour les
    106 > systèmes techniques les plus voraces en matières et donc en capitaux.
    107 
    108 ## Minerais et métaux critiques
    109 
    110 > La transition énergétique promet (menace ?) de passer de dépendances
    111 > aux énergies fossiles à des dépendances à un certain nombre de
    112 > minéraux et métaux particulièrement indispensables, de manière plus ou
    113 > moins critique en fonction des choix techniques et organisationnels
    114 > qui seront retenus dans des politiques de transition… qui restent pour
    115 > l’essentiel inarticulées, nébuleuses ou contradictoires, en Chine, en
    116 > France, en Allemagne, aux Etats-Unis et ailleurs.
    117 >
    118 > Disponibilité future de cobalt, de nickel, de lithium, de terres
    119 > rares, de cuivre : autant de récif potentiels sur la voie périlleuse
    120 > de la transition. Les capacités futures de développement de la
    121 > production de ces métaux sont largement incertaines, et même
    122 > inconnues.
    123 >
    124 > [...]
    125 >
    126 > Chaque technologie requise dans la plupart des scénarios de transition
    127 > promet de réclamer des développements miniers et industriels énormes
    128 > et contrastés.
    129 >
    130 > [...]
    131 >
    132 > L’hypothétique multiplication des besoins pour répondre à la demande
    133 > induite par le développement mondial des technologies que l’AIE
    134 > définit comme « propres » (clean energy technologies) apparaît
    135 > vertigineuse.
    136 
    137 ## Conclusion
    138 
    139 > Nous tablons sur une sobriété systémique : non pas une sobriété qui
    140 > demanderait à ceux qui n’ont rien ou pas grand chose de se serrer la
    141 > ceinture, mais une réorganisation des grands organes vitaux de la
    142 > société permettant à ces organes (agriculture, industries, transports,
    143 > bâtiment, santé, culture, administration publique, etc.) de devenir
    144 > beaucoup plus sobres en énergie et en matière, mais sans doute pas –
    145 > par conséquent ! – en emploi...
    146 >
    147 > [...]
    148 >
    149 > Nous proposons de miser résolument sur une sobriété matérielle du
    150 > système socio-économique dans son ensemble, et à cette fin, sur une
    151 > réindustrialisation de la France limitée aux fonctions
    152 > pertinentes. Pour ce faire, il nous faudra disposer sans doute d’un
    153 > peu plus d’électricité décarbonée qu’aujourd’hui, ce qui ne peut être
    154 > accompli à nos yeux sans le maintien d’une industrie nucléaire
    155 > puissante et fiable, capable à terme d’évoluer à nouveau.